Le ballon gastrique, en occupant un volume dans l’estomac, entraîne un rassasiement plus précoce et une réduction des apports caloriques.

 

Les différents ballons ont globalement les mêmes résultats: une perte moyenne de poids de l’ordre de 12% du poids du corps, souvent 9 à 16 kg, en fonction du poids initial du patient, mais aussi de l’accompagnement diététique.

 

 

A quels patients le ballon peut rendre service ? Un discours de vérité !

La perte de poids moyenne obtenue avec un ballon gastrique est donc de 12% du poids du corps avec des extrêmes allant de 6 à 25 kg.

Le ballon gastrique me paraît être une bonne voire une très bonne option chez des patients qui grâce au ballon vont pouvoir descendre en dessous de 80 kg ou en dessous d’un IMC de 27/28.

 

Passer de 120 kg à 10 kg avec un ballon ne me paraît pas à titre personnel un gain de santé donc un service rendu au patient.

C’est bien pour cela que des techniques plus invasives, plicature endoscopique ou chirurgie bariatrique existent.

 

A titre personnel, je pose des ballons à des patients qui :

  • Ont un IMC entre 27 et 30 kg/m2 en échec d’amaigrissement avec régime et exercice seuls.

  • Recherchent une perte de poids de 8 à 15 kg environ.

    C’est ainsi que l’on obtient de bons résultats.

Avec ou sans anesthésie ?

4, 6 ou 12 mois ?

le parcours avant ballon : 1 à 2 mois

QUELQUES ETUDES SUR LES BALLONS

BALLONS ET STEATOSE DU FOIE (NASH)...

En Français

La mise en place intragastrique d’un ballon induit une amélioration métabolique et histologique significative chez les patients atteints de stéatohépatite non alcoolique

 

Résumé

Contexte et objectifs: Les patients obèses atteints de stéatohépatite non alcoolique (NASH) sont à risque de cirrhose si une perte de poids significative n’est pas obtenue. Le ballon intragastrique rempli de liquide induit une perte de poids significative et pourrait être utilisé dans le traitement de la NASH. Nous avons réalisé une étude prospective ouverte pour évaluer les effets du placement du ballon gastrique sur les caractéristiques métaboliques et histologiques de la NASH.

Methodes: Vingt et un patients atteints de fibrose hépatique précoce (81% de femmes; âge moyen, 54 ans; indice de masse corporelle moyen, 44 kg / m2) ont subi une élastographie par résonance magnétique (ERM) et une échographie endoscopique avec prélèvement de biopsie hépatique au moment de la mise en place et du retrait du ballon gastrique dans un seul centre d’octobre 2016 à mars 2018. Le critère de jugement principal était les modifications des paramètres histologiques du foie après la pose du ballon, y compris la modification du score d’activité de la stéatose hépatique non alcoolique (NAS) et du score de fibrose. Nous avons également évalué les changements de poids, l’indice de masse corporelle, le rapport taille / hanches, les aminotransaminases, les taux de lipides à jeun, la glycémie à jeun, l’hémoglobine glycosylée et la raideur hépatique.

Resultats: Six mois après la pose du ballon, la perte de poids corporel totale moyenne des patients était de 11,7% ± 7,7%, avec des réductions significatives de l’HbA1c (1,3% ± 0,5%) (p = 0,02). Le tour de taille a diminué de 14,4 ± 2,2 cm (P = 0,001). Le score de stéatose s’est améliorée chez 18 des 20 patients (90%), avec une diminution médiane de 3 points (intervalle de 1 à 4 points); 16 des 20 patients (80%) avaient des améliorations de 2 points ou plus. La fibrose s’est améliorée de 1,17 stade chez 15% des patients, et la fibrose s’est améliorée de 1,5 stade chez 10 patients sur 20 (50%). La moitié des patients ont atteint les critères d’évaluation approuvés par la Food and Drug Administration pour la résolution de la NASH et l’amélioration de la fibrose. Le pourcentage de perte de poids corporel total n’était pas corrélé avec des réductions de la NAS ou de la fibrose. Hormis la douleur post-opératoire (chez 5% des patients), aucun événement indésirable grave n’a été rapporté.

Conclusion: Dans une étude prospective, le ballon gastrique a facilité des améliorations métaboliques et histologiques significatives de la NASH. Le ballon gastrique semble être sûr et efficace pour la gestion de la NASH lorsqu’il est combiné avec un régime et un programme d’exercice prescrits.

Keywords: Bariatric Endoscopy; Diabetes; NAFLD; Nonalcoholic fatty liver disease; Obesity.

En anglais

Intragastric Balloon Placement Induces Significant Metabolic and Histologic Improvement in Patients With Nonalcoholic Steatohepatitis

 

Abstract

Background & aims: Obese patients with nonalcoholic steatohepatitis (NASH) are at risk for cirrhosis if significant weight loss is not achieved. The single fluid-filled intragastric balloon (IGB) induces meaningful weight loss and might be used in NASH treatment. We performed an open-label prospective study to evaluate the effects of IGB placement on metabolic and histologic features of NASH.

Methods: Twenty-one patients with early hepatic fibrosis (81% female; mean age, 54 years; average body mass index, 44 kg/m2) underwent magnetic resonance elastography (MRE) and endoscopic ultrasound with core liver biopsy collection at time IGB placement and removal at a single center from October 2016 through March 2018. The primary outcome measure was the changes in liver histology parameters after IGB, including change in nonalcoholic fatty liver disease activity score (NAS) and fibrosis score. We also evaluated changes in weight, body mass index, waist to hip ratio, aminotransaminases, fasting levels of lipids, fasting glucose, glycosylated hemoglobin, and MRE-detected liver stiffness.

Results: Six months after IGB, patients’ mean total body weight loss was 11.7% ± 7.7%, with significant reductions in HbA1c (1.3% ± 0.5%) (P = .02). Waist circumference decreased by 14.4 ± 2.2 cm (P = .001). NAS improved in 18 of 20 patients (90%), with a median decrease of 3 points (range, 1-4 points); 16 of 20 patients (80%) had improvements of 2 points or more. Fibrosis improved by 1.17 stages in 15% of patients, and MRE-detected fibrosis improved by 1.5 stages in 10 of 20 patients (50%). Half of patients reached endpoints approved by the Food and Drug Administration of for NASH resolution and fibrosis improvement. Percent total body weight loss did not correlate with reductions in NAS or fibrosis. Other than post-procedural pain (in 5% of patients), no serious adverse events were reported.

Conclusion: In a prospective study, IGB facilitated significant metabolic and histologic improvements in NASH. IGB appears to be safe and effective for NASH management when combined with a prescribed diet and exercise program. ClinicalTrials.gov no: NCT02880189.

Keywords: Bariatric Endoscopy; Diabetes; NAFLD; Nonalcoholic fatty liver disease; Obesity.